Bienvenue sur mon blog

Vous êtes arrivé sur le blog de Léo alias Moucheur38, soyez le bienvenu.

catche-ombre

Je suis né à Grenoble en 1954. J’habite dans une petite commune depuis plus de 30 ans qui se trouve au pied de la Chartreuse. Voilà pourquoi il m’est aisé d’aller pêcher la truite dans les rivières et les torrents de ce massif Alpin. Passionné de pêche à la mouche, j’affectionne particulièrement la pêche à la nymphe au fil: NAF pour les initiés. Bien sûr je ne dédaigne pas la pêche en sèche.
Mais commençons par ma première approche de la pêche: la pêche au coup. Technique que je pratiquais avec une petite canne légère, pendant de nombreuses années et depuis ma plus jeune enfance. J’ai longtemps pratiqué avec mon père, mon oncle et mon cousin. Nous pêchions tant bien que mal des gardons, des ablettes et des perches avec des lignes grossières mais cela suffisait à notre bonheur. C’étaient nos sorties dominicales. Nous avions écumé tous les étangs et les lacs de la région mais également et même très souvent  le lac d’Aix les bains, le lac du Monteynard et le Rhône, en été ou en hiver.
Ce n’est que plus tard quand j’étais ado, vers 14 ans, que j’ai commencé la pêche en rivière avec mon oncle. Excellent pêcheur au toc au demeurant, on pratiquait avec un petit bout de laine comme indicateur. L’eau vive ne m’attirait pas trop.. c’était pour moi complètement différent de la pêche en étang. J’apprenais pourtant  grâce à l’expérience de mon oncle et qui m’expliquait comment aborder les coups sur une rivière. La lecture de la rivière..
Le permis de conduire en poche dès l’année 74, mon cousin et moi partions pêcher la truite. Parfois seuls ou avec nos ainés…c’était le bon temps ! Par la suite, je me suis remis à la pêche au coup et j’ai même pratiqué durant quelques années la pêche de compétition sur la région Grenobloise et le département de l’Isère. J’étais alors en 2ème division. Puis vint l’année où j’ai tenté le passage en 1ère et, trop stressé, j’ai raté mon concours. C’est alors que j’ai tout arrêté. Entre temps, et grâce à mon pote Pierre Bearzatto, hélas décédé trop tôt, j’ai connu pour la première fois la pêche à la mouche.
Pierre s’était procuré une canne à mouche et nous nous sommes entrainés dans un gymnase quelque fois mais cela ne m’avait pas donné un déclic immédiat. Ce n’est que plus tard chez mon détaillant que son jeune vendeur, David Ruiz, me prodigua des cours particuliers sur le trottoir du magasin. J’ai également profité de ses cours de montage de mouches à la maison et c’est de là, et grâce à lui, qu’a commencé ma passion de la pêche à la mouche. Je tiens à le remercier grandement pour tout ce qu’il a pu m’apprendre malgré son jeune âge. David et Yann Caleri (que je connaissais aussi) qui sont de très bons potes avaient à l’époque créé un club-mouche dans la vallée du Grésivaudan : le « Club-mouche du Grésivaudan ». Malgré moi, je n’aurai profité de ce club qu’une seule saison en raison de la distance qui nous séparait. Par la suite j’ai rejoins le « Club mouche de Moirans », en isère et plus proche de chez moi. J’ai participé à l’initiation des débutants et suis devenu pour la première fois garde de pêche. Quelques années plus tard je quittais ce club pour créer en 2000 avec Thierry Chataing, le «Club mouche du CEA de Grenoble». Club qui a connu une certaine notoriété et qui est devenu depuis notre départ, le «Cercles des pêcheurs à la mouche de Grenoble».
En ce qui concerne la pêche aux appâts naturels, c’est en 1998 que nous autres pêcheurs avons connu un changement total dans notre pratique de la pêche de la truite avec la venue pour la 1ère fois dans notre région de Pierre Sempé. Pierre qui fut invité par mon détaillant d’articles de pêche afin de proposer une démonstration de la pratique de sa pêche. L’année d’après je faisais un stage à ses côtés dans les Pyrénées et s’en est suivi une amitié de longue date. L’avènement de l’association SEMPE et de ses « rencontres  des Alpes » à Albertville m’ont permis de faire des rencontres et de renforcer des liens d’amitiés avec les autres adhérents. Encore aujourd’hui Il m’arrive de pêcher aux appâts naturels et à la nymphe au toc, mais j’avoue avoir un faible pour la pêche en nymphe, à la mouche.
En 2004, je rejoins l’équipe de l’Aappma de Miribel les échelles (38): un tournant pour moi dans le milieu associatif et dans mon engagement pour la protection des milieux aquatiques. A cette période c’est Francisque Descotes Genon qui présidait l’association et je devins de nouveau garde pêche pour l’association. En 2009, nous optons pour la fusion de nos 3 aappma (Miribel, St Laurent, St Pierre) pour n’en faire qu’une seule plus importante, celle des «  pêcheurs du haut Guiers » dont Mr Thibaut Jean en est le président dorénavant. Je suis alors nommé responsable de la garderie où je constitue une équipe solide et motivée derrière moi. J’ai maintenant passé 16 ans au seing de cette association et notre travail a été pour le moins novateur et conséquent dans le département.
Je tiens aujourd’hui à remercier le bureau, l’équipe, les membres actifs et toutes les personnes qui nous ont accompagné, suivi ou soutenu dans nos démarches.
Je vous souhaite une bonne visite sur ce blog et une très bonne saison halieutique  2017.