Quand nos rivières se meurent

Comme vous avez pu le remarquer, cet été 2018 est une année terrible pour nos rivières Française, notre vallée de Chartreuse n’est pas épargnée non plus, car la sécheresse sévit de plus en plus dans notre vallée. Notre Guiers mort est en perte constante d’eau, le débit est de plus en plus restreint, j’en suis  à me demander où est passée toute l’eau tombée en grosse quantité au printemps et ce jusqu’au mois de juin ? Ne croyez-vous pas que  ce bien précieux, qui appartient à chacun de nous, devrait être mieux protégé. Hélas, bien au contraire, des personnes avides de profits, ont en tête, de nouveaux projets de micro-centrales qui risquent fort de voir le jour sur notre bassin versant d’ici pas longtemps. C’est à se demander, si les responsables de ces idées stupides, sont bien conscients des effets néfastes qui risquent dans un avenir proche, de décimer toute notre faune aquatique. Et à cela s’ajoute, les périodes d’étiages sévères, comme celles que nous sommes en train de subir, c’est la chronique d’une mort avancée.

Pouvez vous un seul instant, imaginer ce que nous laisserons à nos enfants dans les années futures, que restera t’il  de nos rivières, seulement à peine un petit filet d’eau où les truites Fario et la faune aquatique auront du mal à survivre, ne croyez-vous pas que la protection des milieux devrait concerner tous les citoyens et non pas que les pêcheurs.

Amis promeneurs ou vacanciers, évitez d’accentuer cette évaporation, surveiller vos enfants en évitant qu’ils fassent des micros barrages avec les pierres de la rivière, ne retenez pas l’eau, laissez-la couler librement, pour qu’elle puisse oxygéner les poissons et les invertébrés, il existe une microfaune que vous ne voyez pas et qui permet à une rivière d’être vivante.  C’est en agissant de la sorte, en réalisant ces micros barrages, que l’on voit jalonner sur  nos cours d’eau, que vous contribuez à la mort de nos cours d’eau et de la faune aquatique.

Hier 27 Août, lors d’une petite balade le long du Guiers mort sur le parcours privé de l’ONF, j’ai pu  constater les effets néfastes de cette canicule, avec un Guiers mort très bas dans les gorges et tandis qu’en plaine , c’est nettement moins d’eau , à voir ce graphisme ceci interpelle.

4 réflexions sur “Quand nos rivières se meurent

  1. C’est la cata partout ! Et ça ne s’arrangera pas au fil des années. Quand comprendrons t’ils que les micro centrales en plus de détruire nos cours d’eau ne seront jamais rentabiliser au vue des débits auxquels il faut s’attendrent dans les années futures.

    J'aime

    1. Slt René,
      comme tu le souligne c’est vraiment la cata et triste à la fois, vois tu je n’ai pas pêché depuis les dernières sorties en vacances et le cœur n’y est pas, du coup je profite de mes petits enfants en vacances à la maison. J’espère que la fin de saison sera meilleure, il me semble que la pluie est annoncée pour demain, mais cela fait déjà plusieurs fois que ces orages sont annoncés et rien ne se fait, chez toi c’est pareil je pense avec le Fier et le Chéran , c’est aussi bas que chez nous, de ce que j’ai pu suivre sur FB. Comme tu dis, ça risque de perdurer dans les années futures, les épisodes de fortes chaleurs vont devenir encore plus omniprésents.
      Bonne soirée
      Amitiés

      J'aime

    1. Slt Phil,
      hélas sans vouloir être pessimiste, ce ne sont que les prémices des années futures, j’ose espérer que non, mais quand on voit l’état de nos rivières chaque année, il faut vraiment s’inquiéter. J’en profite pour te féliciter pour ton vol en parachute, bravo, moi je ne l’aurais pas fait 😉
      A+Léo

      J'aime

Les commentaires sont fermés.