Nouveau secteur « Prendre et Relâcher » sur la commune de St Pierre de Chartreuse.

Bonjour à tous,

pour information lors des dernières pêches électriques , il a été décidé par l’aappma et en accord avec la fédération de pêche de mettre en place un moyen de protection des truites sur ce secteur.

Donc depuis ce week end, le haut Guiers sur la commune de St Pierre de Chartreuse est en interdiction de prélèvement(sauf affluents).

Ce parcours  » Prendre et Relâcher  » est effectif depuis le 24 Août, il est protégé par un arrêté préfectoral pour une durée de 3 ans. Tous poissons pêchés, doit être remis à l’eau dans les meilleurs conditions, les gardes pêche verbaliseront en cas de non respect de cette réglementation.

La limite aval est le pont du grand logis et la limite amont jusqu’à la source du Guiers mort.

L’équipe de l’aappma à mis en place ce samedi 24 Août les panneaux indiquant ce parcours, l’avenir du Guiers doit en passer par la, les pêcheurs en seront récompensés d’ici quelques années.

Les travaux d’arasements de seuils débuteront dés le 2 Septembre 2019 , travaux prévus dans le cadre du label « Rivières Sauvages », afin de retrouver une rivière vivante, ces travaux vont commencer au seuil des Anthonins.

Par la suite ce sera au tour du seuil de la laiterie qui lui sera arasé partiellement de façon à ce que les sédiments puissent s’écouler vers l’aval et prendre leur place. Puis reprendront au cours de l’année 2020 où ce seuil sera détruit complément.

Voyez un peu, le pêcheur se trouve face à un mur infranchissable, que dire des truites , qui elles ne peuvent aller frayer plus amont, soyons réaliste !…

Le seuil de la laiterie

Dans un avenir proche, est également prévu l’évacuation des déchets sur l’ancienne décharge qui borde le Guiers mort à la sortie de St Pierre de Charteeuse en allant sur Perquelin, un appel d’offre est lancé pour l’évacuation de cette ancienne décharge municipale, évalués à (50 tonnes) à peu prés , ce n’est pas rien. Cette décharge date d’un siècle et ont y trouve de tout et nous l’avions déjà dénoncé il y a 5 ans et enfin cela abouti grâce à la labellisation du Guiers mort.

C’était en 2013, voyez vous l’aappma ne reste pas les pieds plantés dans un bureau, nos actions portent leurs fruits.

Après tout ça, le Guiers mort aura un tout autre visage dans ce cadre magnifique qu’est notre belle Chartreuse et sa rivière le Guiers mort.

L’aappma manque de bénévoles, si toi aussi tu veut faire parti de cette équipe de temps à autres, d’apporter ta pierre à l’édifice, le président et son équipe seront heureux de t’accueillir et pour les autres ceux qui tirent à boulet rouge, ceci est pour vous .

 

29 réflexions sur “Nouveau secteur « Prendre et Relâcher » sur la commune de St Pierre de Chartreuse.

  1. David Buscaglia

    Bravo !!
    Une AAPPMA qui s’investit , qui défend ses richesses naturel !!
    Je suis très fier de tous ces bénévoles qui sans eux , nombres de pêcheurs ne pourraient pas se faire plaisir au milieux de ces rivières magiques!!!
    Un très grand merci à vous tous , et longue vie à ce nouveau parcoure No-Kill , où nos belles vont pouvoir s’épanouir en toute quiétude !!!

    Bises David !!

    J'aime

    1. Salut David, tu a bien défini la démarche de l’aappma,n’en déplaise à nos détracteurs. L, avenir de cette rivière est en jeu, trop de cours d’eau souffrent d’agressions diverses. Et même si il y a trop de petites truites, au moins cette rivière est peuplée de vie. Merci pour ton message. Amitiés

      J'aime

  2. marcel Guittat

    Bonjour Léo,
    Grace à la qualité de tes vidéos j’ai pu suivre l’excellent travail réalisé par les membres de la fédération de pêche de l’Isère et les bénévoles de l’AAPPMA !
    La taille des puces est impressionnante par rapport à de si petites truites ?
    Encore merci et à très bientôt.
    Amitiés.
    Marcel

    J'aime

    1. Bonsoir Marcel,
      je te remercie,c’est très gentil de ta part, ça fait plaisir de voir que cela intéresse les gens. Pour ce qui concerne l’équipe de la FD38, l’équipe Scimabio , les bénévoles et les membres de l’aappma, nous avons tous mis la main à la pâte et peu de truites sont passées au travers, ce fût de belles pêches effectuées et au vu du nombre de truites, nous pouvons qu’être heureux d’avoir un aussi beau domaine de pêche.J’ai moi même était surpris par la taille des transpondeurs, mais c’est sans crainte car elles sont adaptées à la taille du poisson
      Je te souhaite une bonne fin de congés, à très bientôt
      Amitiés

      J'aime

    1. Slt Jacky, il suffit de le vouloir et surtout avoir l’âme de préserver ce qu’il reste de naturel. Mais pour en arriver là, il faut travailler sur le fond. Ce parcours devenu labelisè , notre aappma à mis plus de 10 ans à l, obtenir, il est donc normal de le protéger. Bonne journée

      J'aime

  3. Alphonse Arias

    L’avenir des rivières à truites est étroitement corrélé à la qualité de l’eau et au débit !
    Le prélèvement des pêcheurs n’a qu’une incidence minime par rapport aux grosses nuisances.
    Solutionner les vrais problèmes en amont, sans culpabiliser et diviser les pêcheurs serait, à mon sens, bien plus judicieux…
    La TLC à 23cm pour le Guiers Mort où la taille moyenne à 3 ans doit à peine arriver à 20cm ne semblait pas suffire !!
    Pour mémoire, les truites ont une moyenne de vie de 4,5 ans…
    Mon cher Léo, à l’heure de l’effritement de l’effectif des pêcheurs, il semblerait que l’on défonce les portes ouvertes en pénalisant les pêcheurs raisonnés pour favoriser les délinquants.
    Alphonse ARIAS

    J'aime

    1. adrienhautguiers

      Bonjour Alphonse,
      Quel dommage de réduire cet article a un pour / contre le Nokill alors que l’action principale est l’effacement de 2 barrages suivi prochainement par le traitement d’une énorme ancienne décharge communale, fruit d’une dizaine d’années de travail de fond des acteurs de la pêche sur le Guiers !
      De plus, ce Nokill a été recommandé par les techniciens de la fédération de pêche dans le cadre d’une véritable étude scientifique sur les poissons et les sédiments sur une durée de 3 ans. Rdv donc en 2022 pour la synthèse des effets du no kill sur les poissons de ce parcours, nous aurons alors des éléments pour en discuter entre délinquants…

      J'aime

  4. Bonjour Alphonse,
    Tout d’abord merci de venir donner ton avis sur le blog, à propos de cette décision de mettre ce secteur en remise à l’eau obligatoire (NK).
    Donc, pour te donner ma réponse sur le sujet, Je pense que l’aappma et la FD, ont pris cette décision sur 3 ans, afin de protéger les géniteurs, nous savons très bien très que la haut nos truites, se reproduisent à 18 cm, c’est confirmé. Mais il est impensable de prendre une telle décision et cela obligerais une double maille, si la décision de passer ce secteur à une TLC de 18cm sur le haut Guiers. Le pêcheur et son panier se trouvant sur un secteur ou la TLC serait à 23 cm, comment un garde pourrait croire ce dernier en cas de contrôle sur le fait qu’il ai pris ce poisson sur le haut Guiers ou bien sur la plaine. J’ai 25 années de garderie et crois moi des pêcheurs peu scrupuleux et de mauvaise foi j’en ai vu des tas.
    C’est donc par soucis de protection et pour donner suite aux futurs travaux d’arasements qui démarrent très prochainement , nos deux entités ont pris cette mesure, certes sans doute pas très bien vu de certains , mais ce n’est pas dans l’intention de nuire aux pêcheurs, les vrais problèmes sont en amont comme tu le souligne, nous essayons de les régler et pour ça notre aappma se bat depuis 25 ans.
    Sur nos 400 adhérents, peu pêcheurs raisonnés ou pas, viennent aux assemblées générales, aux journées nettoyages, aux panneautages de notre domaine, aux pêches électriques, nous sommes toujours les mêmes, une petite poignée.
    Tu me dis qu’on enfonce des portes ouvertes, libre à toi de penser ça, mais de nos jours combien d’aappma peuvent se vanter de défendre les rivières, combien investissent l’argent du pêcheur dans des travaux, plutôt que de mettre de la bassine, et combien donnent de leurs temps sans compter ?? La réponse pour moi est vite faite, il y en a peu et ce sera de pire en pire dans l’avenir. Quand on voit notre fédération nationale mettre de l’argent dans le tour de France et ne s’occupe pas ou peu des rivières polluées ou de lutter contre les micros centrales, les barragistes et les lobbyistes, on n’a pas le cul sortis des ronces.
    Le travail de notre aappma, n’est pas de fixer une TLC à 18 cm, mais de travailler sur la protection des milieux aquatiques. (AAPPMA) et c’est ce que nous faisons au mieux. Ceci n’est que pour une durer de trois, nous verrons par la suite, si il s’avère que ce n’était pas fondé, à ce moment la, le bureau prendra d’autres décisions.
    Je te souhaite une bonne journée, mes amitiés à Isabelle et Fanette

    J'aime

    1. Alphonse Arias

      bonjour Léo,

      merci pour avoir publié ma réponse

      1 – tu me dis que la décision du parcours « prendre et relâcher » a été prise pour protéger les géniteurs.
      avec une maille à 23 alors que la maturité sexuelle est à 18, les géniteurs me semblent suffisamment protégés, même trop !
      les études scientifiques sérieuses disent que le nombre de truites à venir, n’est en aucun cas corrélé au nombre de géniteurs de l’année !

      j’ai été déconnecté donc je poste et répond à nouveau

      Alphonse

      J'aime

      1. Oui j’ai bien dis que les géniteurs sont maillé à 18, et j’ai également compris ce que tu a écrit et dit. Mais ce que j’en déduit, c’est que si nous laissons passer une maille à 18, cela veut dire que les géniteurs il n’y en aurait plus , puisque le pêcheur aurait le droit de prélever à cette taille. Donc je pense et je ne suis pas le seul à le faire ,parce que nous aussi, nous nous fions aux dires de nos techniciens de rivières et également à ceux qui sont chargés des études génétiques sur notre domaine de pêche.
        Les trois pêches électriques, ont permis de transponder 540 truites, avec prélèvements d’adipeuses pour étude génétique et ceci sur toutes les catégories d’âge, afin de suivre leur migration.
        Nous verrons bien ce qu’il adviendra d’ici 3 ans et si nous sommes dans l’erreur, ce sera corrigé. De plus je vois qu’Adrien vient également de te répondre et à apporté les éléments nécessaires à tes questions j’espère.
        Léo

        J'aime

  5. Alphonse Arias

    bonjour Adrien,

    j’ai parlé uniquement en ce qui concerne mon désaccord !

    l’effacement de la digue, bien sûr que c’est une excellente chose en vertu de la continuité écologique…
    à noter toutefois, qu’un cours d’eau trouve ses limites dans sa biomasse et le Guiers Mort que je n’ai connu que l’éclair de 4 jours de pêche pouvait, alors, faire difficilement mieux.

    bien à toi

    Alphonse

    J'aime

  6. Fabien CATERINA

    Bonjour Alphonse,

    comment ne pas suivre ton raisonnement lorsqu’on connait la biologie des truites et le fonctionnement de nos cours d’eau tant aimés.

    Tu évoques la qualité de l’eau et le débit, je suis ravi de te lire, je dirai même que ce premier paramètre est induit (en tout cas limité ou favorisé) par le second (le débit), voir la période 1980-2000, les populations salmonicoles semblaient mieux se porter alors que les rejets allaient tout va dans nos cours d’eau ? J’entend par là la dilution des polluants par les débits en volume respectables…Bien sûr, il y a aujourd’hui l’effet rétro actif des pollutions « sniper » comme les pesticides qui à elles seules contaminent nos eaux souterraines et de surface et son finalement plus redoutables que les rejets organiques de l’époque..? C’est un sujet si complexe qu’il est dur de ne pas perdre le fil dans cet exercice de réflexion.

    Mais revenons-en à ta remarque que je rejoins largement (=TLC suffisante pour la tête de bassin, paramètre physico-chimiques de l’eau, et division des pêcheurs…), comment ne pas valider ces propos ? Comment ne pas vouloir le crier haut et fort à ce petit monde de la pêche et à tous ceux qui orientent et construisent nos territoires de demain ? La démographie explose, le « progrès » va son train, les territoires « se développent » emportant avec eux qualité et débits… Tes arguments sont bienvenus et seraient appréciés à leur juste valeur si seulement l’AAPPMA visée dans cette démarche n’était pas consciente de cette réalité et quotidiennement investie (depuis 25 ans) pour dénoncer, interpeller, éduquer, travailler, lutter contre ces vrais problèmes en amont.

    Pour n’en citer que quelques uns depuis ma présence au seing de l’AAPPMA, voici une petite liste non exhaustive des « sujets » traités et à laquelle j’ai participé en donnant de mon temps son compter (comme quelques autres) : dénonciation des fonctionnements des stations d’épuration sur le bassin avec plainte déposée, travaux d’aménagement morphologiques par pose de blocs sur les secteurs rectifiés/canalisés, distribution de 2000 flyers pour dénoncer à la population les projets de centrales hydroéléctriques sur le guiers mort, réunions avec tous les acteurs du territoire, de défense de l’environnement et les promoteurs… investissement avec les élus dans le projet de labélisation Rivières Sauvages comme alternative aux centrales hydroélectriques, demande d’arasement de trois seuils sur la Diat (confluence guiers mort – corbeillers et plus récemment la laiterie et les antonins), re-plantation des berges « modifiées », pêches électriques en tout genre, mise en réserve d’un affluent pépinière, achat d’une mallette SAMU Environnement et analyses régulières de la qualité physico-chimique de l’eau sur notre domaine (et dénonciation de la qualité des rejets..), participation au PLUI Coeur de Chartreuse pour soulever les questions de la ressource en eau et des volumes prélevables pour interpeller sur la perte des débits de nos eaux de surface, participation aux réunions du territoires sur les effets du dérèglement climatique sur l’agriculture locale et j’en passe…

    Aujourd’hui, il serait exagérer de dire que tout nous revient, mais je crois pouvoir dire sans exagération que nous avons été à la base du lancement de projet et des grands changements suivant autour du Guiers : une nouvelle station d’épuration intercommunale est en construction et sera en service en 2020 (après 40 ans de vétusté de nos anciennes stations), station que nous avons demandé à re-calibrer après analyse du dossier d’incidences qui menait au déclassement de la qualité des eaux du Guiers en aval du rejet, les projets de micro-centrales (4 au total) hydroélectriques sur le Guiers mort ont été abandonnés par leur promoteur et les élus des communes visées, la rivière a été labellisée Rivières Sauvages et un cahier des charges assure les orientations et les chantiers à venir pour conserver cet outil de préservation (arasement des derniers seuils, évacuation complète d’une décharge sauvage etc…), l’AAPPMA a engagé un suivi participatif avec d’autres associations environnementales du territoire pour relever la qualité de l’eau régulièrement avec les citoyens intéressés et connaissent un timide mais certain succès, 7 seuils ont été arasés sur le Guiers mort et les effets s’en font déjà ressentir (transit piscicole et sédimentaire).. Et tant d’autres petites actions.

    Alors oui c’est vrai, un No Kill sur ce secteur en tête de bassin n’est pas des plus pertinent en terme de protection car la TLC joue déjà bien son rôle (encore qu’on ait en droit de se dire que c’est grâce à une TLC sur-évaluée que la population se porte bien), mais les quelques lignes ci-dessus semblent démontrer que l’AAPPMA n’oeuvre pas seulement dans le sens de l »halieutisme » et pense aussi patrimonial. Enfin, et j’aurai peut-être du commencer par là, le secteur est en No kill durant le suivi scientifique seulement, et ce pour une période de trois ans (2022) car 450 transpondeurs ont été implantés et l’idée était d’assurer la qualité de l’étude.

    Enfin, il est important de souligner que l’AAPPMA est élue pour un mandat de 5 ans par ses adhérents et membres actifs et qu’elle doit représenter la volonté majoritaire de ses adhérents présents notamment lors de l’AG. Force est de constater que la plupart des pêcheurs qui nous contactent, nous aident lors des travaux, et participent aux AG sont des pêcheurs en recherchent de ce type de parcours. Il est alors regrettable de ne pas voir plus de pêcheurs soutenant tes propos se présenter lors de nos réunions. Réunions qui connaissent chaque année un certain succès avec la présence de tous les acteurs locaux (élus, syndicats, asso, adhérents etc..) : +50 personnes présentes pour une AAPPMA de +/- 400 adhérents.
    C’est aussi pourquoi l’AAPPMA a récemment décidé de modifier les quotas sur le Guiers mort passant de 6 TRF / jour / pêcheur (impensable en connaissant les stocks disponibles) à 2 TRF / jour / pêcheur, qui ne semble pas exagéré aux yeux d’un pêcheur raisonné.

    Je pense qu’avec ses éléments, chacun pourra se faire sa propre idée de cette nouvelle mesure temporaire.

    Bien amicalement,

    J'aime

  7. Fabien Caterina

    Je poste ici la réponse d’Alphonse qui m’a sollicité suite à des problèmes de connexion sur le blog, la voici donc :

    « Je salue largement ta clairvoyance d’esprit et ta grande compréhension quant à mon petit coup de gueule. Je t’en remercie vivement.

    Dans les Pyrénées (64, 65 et 31) il s’avère que la TLC à 18, là où elle se justifie, permet aux pêcheurs de prélever dans le milieu de la pyramide des âges, celui qui est mieux représenté que le sommet…ainsi, ce dernier souffre moins et, en plus, bien souvent, il représente les meilleurs géniteurs ! Quoi qu’il en soit, ça marche bien.

    Pourquoi s’obstiner à vouloir à tout prix laisser un maximum de géniteurs quand des études scientifiques démontrent que les populations de truites à venir ne sont pas corrélées au nombre de géniteurs de l’année ?

    Mais pour moi, tout cela n’est que de la petite épicerie…

    Je suis intimement convaincu que les truites sauvages qui ont traversé les millénaires n’ont pas besoin de réglementation imaginée par l’homme, mais plutôt que sa civilisation ne souille pas la qualité de la ressource en eau et ne la gaspille pas !
    Ainsi les truites feront le reste malgré les pêcheurs à la ligne…

    Bien à toi

    Alphonse

    PS : lors de la crue de juin 2013, la Neste d’Oo (LUCHON) a vu 90% des truites disparaître (pêches d’inventaires à l’appui sur des stations évaluées tous les ans).
    la qualité de l’eau de ce torrent de 4 à 6 m de large est très bonne.
    le quota est resté à 10, la maille à 18, pas de no-kill, pas de réserve, aucun alevinage de quelque nature que ce soit, malgré les pressions.

    en 2016, la Nature avait repris ses droits et la biomasse de la Nest d’Oo était aussi bonne qu’avant, sinon mieux !!
    une belle leçon… « 

    J'aime

  8. Pascal Grange

    Adrien, ta réponse me parait la plus pertinente !
    Pour le moment, et pour 3 ans encore, il n’a pas lieu d’évoquer le no kill, les mailles. On doit juste attendre la fin de l’étude et en reparler. Plus il y aura de monde, et pas seulement aux réunions mais aussi sur le terrain, mieux ce sera.

    Maintenant, j’aimerais tout de même que l’on m’explique comment une maille à 18 cm protège les poissons de 25 ? dans le cadre d’une double maille, je comprends mais pas là. Je sais, je suis un peu con.
    Et pis une dernière chose. L’autre jour, j’ai mangé des sardines. Mesurées, avec la tête, tout pile 18 cm… Et ben il n’y a pas grand chose à se caler sous la molaire… Alors oui, avec un quotat de 10 poissons, il y aurait de quoi faire une friture…

    J'aime

  9. Alphonse Arias

    je n’ai pas de temps à perdre avec des propos , me semble t-il, très bas de gamme !
    je préfère échanger avec des scientifiques ou des pêcheurs sérieux qui ne racontent pas n’importe quoi et, ici, il serait judicieux pour certains de ne pas parler sur des sujets qu’ils ne connaissent pas…
    la provocation est également en trop !
    alors, je pars à la pêche et je ne reviendrai pas chez les fous…

    Alphonse ARIAS

    J'aime

    1. Bonjour Alphonse,
      Je rebondis sur ton dernier message et je vois que la réponse que Adrien t’a faite ne t’a pas suffit ou que tu ne veux pas l’entendre. Alors qu’il ta expliqué que c’est en corrélation avec les travaux d’arasements de deux seuils et au débarras de la décharge (50 tonnes) minimum. Tu
      trouve nos propos bas de gamme et tu nous traite de fous ?? Merci pour cette intention, je le prends pour moi également et tu vise par cette phrase notre aappma et notre président.
      Je trouve fort dommage d’en arriver à de tels propos venant de la part d’une personne de ta notoriété et de surcroit sur ce blog, alors que personne n’a était impoli avec toi. Ils ont juste dit le fond de leur pensée, tout comme toi tu viens de le faire en nous disant que tu ne viendras plus chez les fous.
      Sache que ce blog est lu par des pêcheurs venant de tout horizon, aussi bien des tocqueurs des leurristes, des pêcheurs au coup et des moucheurs. Personne ne t’a insulté, aucun commentaire diffamatoire en ta personne, ici chacun est libre de donner son avis et je ne fais aucune censure, tout le monde est libre de s’exprimer et je publie tous les commentaires, même ceux qui sont dirigés en ma personne.
      Tu écris que tu côtoie des scientifiques ou des pêcheurs sérieux, ce qui laisse à penser que nous autres nous n’en connaissons pas ? Merci de penser ça de nous, de moi, je ne pensais pas qu’une personne de ta notoriété et néanmoins ami, puisse se permettre de traiter les gens ainsi, tout ça parce que nous ne sommes pas en accord avec toi.
      A l’heure ou les pêcheurs devraient se souder les coudes pour lutter contre les micros centrales et les pollutions, ce que nous faisons depuis de très nombreuses années, sans attendre ton intervention, tu devrais plutôt être solidaire et soutenir notre aappma qui se bat pour protéger , pour ce qui reste encore de protégeable et ne pas axer ton discours sur une TLC à 18 cm, cela nous importe peu comme tu a pu le comprendre.
      Désormais je laisse place aux commentaires des autres lecteurs de ce blog, je ne publierais plus aucun autre message sur le sujet.
      Pour moi l’affaire s’arrête la, mon aappma prend les décisions qu’elle souhaite, je publierais celles-ci que ça déplaise ou non à certains.
      Bonne soirée
      Léo

      J'aime

  10. David Buscaglia

    Il est impressionnant que l’on se focalise en permanence sur des tailles de poissons ….

    Alors que le plus grand danger actuellement est la pollution ,le gaspillage de l’eau,et la sécheresse qui se fait de plus en plus présente !!

    Au rythme où ça va , il y arrivera un moment où l’on aura plus besoin de parler de tailles où bien de géniteurs , car il n’y aura plus de vie dans nos si belles rivières ……

    Je suis fier de mon aappma qui fait tout pour préserver la santé de la faune et de la flore de nos joyaux en Chartreuse !

    Fier de tout ces bénévoles qui se donnent sans compter , qui œuvrent toute l’année pour que nos enfants , petits enfants puissent à leur tour voir toute la beauté de ces joyaux et assouvir une sainte passion qu’est la pêche et la découverte de ces milieux …..

    Merci à eux

    David

    J'aime

  11. Alphonse Arias

    Léo,

    ma réaction est motivée par la provocation « sardines » de Pascal que je qualifie d’argument « bas de gamme » en ridiculisant la maille à 18 !

    David,

    tu as bien raison quant au plus grand danger, c’est pourquoi je suis triste quand les entités culpabilisent les pêcheurs en durcissant la réglementation et en se voilant la face sur les vrais problèmes…

    J'aime

    1. Bonjour à tous, je vais valider les messages des uns et des autres, mais attention je ne publierais pas les messages d’insultes. Nous pouvons donner nos avis, nous avons également le droit de ne pas être d’accord avec les arguments d’Alphonse. Soyons adultes et responsables.. Merci à tous pour votre con préhension et participation au débat.

      J'aime

      1. Bonjour à tous, je vous met en copie le message d’Alphonse reçu hier. rebonjour Léo,

        comme j’ai dit à la 3ème phrase de ce mail, seul Fabien a été clairvoyant…

        … donc, je peux m’attendre à tout !

        tu peux publier ma réponse à « sardines/friture » ainsi que ce mail

        ensuite, j’arrêterai car j’aurai pratiquement tout dit

        on va peut-être me dire que c’est pas sérieux d’avoir écrit la lettre d’opposition à la prolifération des microcentrales !

        et que c’est dommage de critiquer le non soutien à cette lettre (de la part de la FD 38 et de l’AAPPMA de St-Pierre de Chartreuse…)

        et que dans les Pyrénées on aime les sardines… elles ont parfois, dans certains ruisseaux, 5 ans et ont dépassé la moyenne de vie d’une truite !

        etc, etc…

        merci et bonnes vacances

        Alphonse 

        J'aime

  12. Nouveau mail reçu d’Alphonse et dont voici la teneur.. Bon week-end à tous.. bonjour Léo,

    il me plairait que tu mettes dans ton blog sur le sujet « prendre et relâcher » mon mail du 4/09 qui résume assez bien, je pense, le pourquoi de mon état d’âme et mon droit de réponse
    il n’y a aucune insulte

    merci

    bien à toi

    Alphonse
    Le mer. 4 sept. 2019 à 10:47, Alphonse Arias a écrit :
    bonjour,

    je constate que ma réponse au sujet de « sardines & fritures » de Pascal n’apparaît pas…
    qu’importe !

    je viens ici, dans ce message privé qui peut être rendu public, vous traduire mon état d’âme
    je pense que ça ne servira à rien mais ça aussi qu’importe, car seul Fabien a été clairvoyant…

    1 – Léo, tu écris que si la maille est à 18, taille à laquelle les truites du Guiers Mort amont se reproduisent, il n’y aura alors plus de géniteurs ! !
    pourquoi dans le 31, 65, 64 avec cette taille à 18 et un quota à 10 les secteurs en patrimonial se portent bien par la seule repro naturelle ?

    2 – Léo, tu dis que deux mailles ce n’est pas possible ! !
    pourquoi dans le 31, 65, 64, 2 ou 3 mailles ça marche sans problème ?
    le pêcheur pris avec une truite non maillée sur un secteur, même s’il dit l’avoir prises en amont là où elle était maillée, prend un PV sans appel
    ceci avait bien été spécifié par le CSP de l’époque…

    3 – petit historique du Guiers Mort amont :

    2018 : maille 23, quota 6
    2019 : maille 23, quota 2
    24/08/2019 no-kill sur le panneau = terme FAUX (prendre et relâcher, oui)

    ce durcissement urgent de la réglementation est, à mon sens, un coup d’épée dans l’eau, voilà pourquoi je suis triste et pourquoi je crie « au fou » quand je vois ça !
    c’est difficile de prendre des truites et on laisse penser le contraire en culpabilisant les pêcheurs
    je suis à la disposition de ceux qui disent le contraire pour qu’ils me démontrent comment on prend plus de 2 truites maillées à 23 sur le Guiers Mort amont dans une journée de pêche
    la maille à 23, là où ça se reproduit à 18, c’est un parcours « prendre et relâcher » à 98%
    mon séjour en Chartreuse sur le Guiers Mort amont : 350 truites dont 7 de maillées

    4 – la 1ère ligne de mon 1er post disait que l’avenir des rivières à truites était étroitement corrélée à la qualité et à la quantité d’eau et que la réglementation n’avait qu’une incidence minime
    on n’avait sans doute pas lu pour répondre ce qui a été répondu…

    5 – le 2/09/2016 , j’écrivais une lettre à Mme ROYAL qui voulait la prolifération les microcentrales
    l’action que j’ai menée et cette lettre ont eu les félicitations et les encouragements de Claude ROUSTAN, président FNPF
    j’ai contacté toutes les FD des AAPPMA de France afin qu’elles soutiennent cette lettre
    la FD 38 n’a pas daigné répondre, ni positivement, ni négativement
    1 seule AAPPMA du 38 (l’union des pêcheurs d’Entremont) a soutenu la lettre
    l’AAPPMA de St Pierre de Chartreuse (qui gère le Guiers Mort amont) s’est abstenue
    par contre, Fabien a soutenu la lettre en tant que moniteur guide de pêche
    1000 AAPPMA de France et 31 FD ont soutenu la lettre

    alors, mon cher Léo, comme on a dit à mon endroit, c’est pas SERIEUX… de ne pas soutenir !
    d’un côté, il y a un acharnement à protéger en faisant de « la petite épicerie réglementation » et de l’autre côté on ne soutient pas une grande action nationale sur un problème majeur !
    quel DOMMAGE aussi cette abstention, DOMMAGE c’est le terme dit par le président Adrien !

    si ces contre-vérités et ces paradoxes ne sont pas des trucs de fous, alors je n’y comprends plus rien…

    sentiments attristés

    Alphonse

    PJ : lettre d’opposition aux microcentrales (envoyée en son temps à la FD 38 et aux AAPPMA) avec la liste des soutiens

    il n’y a aucune insulte

    merci

    bien à toi

    Alphonse   

     

    J'aime

  13. Pascal Grange

    Monsieur Arias, et ce sera mon dernier commentaire sur le sujet, une précision.
    Ce que vous prenez pour une provocation n’en est pas une.
    Je suis d’accord sur le fait que la maille à 23 est peut être élevée par endroit. Mais je pense aussi qu’une truite est mieux dans son milieu que dans une poêle, même si je ne suis pas (je pense) un intégriste du no kill. Quant à garder des poissons de 18, je n’en vois simplement pas l’intérêt gastronomique (j’ai un appétit féroce !…)

    Par contre, je suis d’accord sur le fait que ce n’est pas le combat premier à mener. Mais il me semble que l’AAPPMA avec toutes ses actions lutte déjà contre les pollutions, les microcentrales, le réchauffement de l’eau par des plantations en berge…
    Cette mesure est temporaire, même si 3 ans peut sembler long à certains… Le temps de mener à bien un suivi et donc, de pouvoir prendre des décisions qui ne nuiront pas au milieu par la suite.

    Léo, je te remercie de laisser cette réponse qui n’est pas insultante non plus.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.