À la Une

Les dernières sorties d’avant le confinement :

Bonjour à tous, voici les dernières sorties de la semaine d’avant confinement.

Jeudi 1er Avril 2021, ce fût en compagnie de Stéphane, avec lequel nous arrivons toujours à trouver quelques petits sanctuaires et de jolies petites truites sauvages. Nous avons choisi la pêche en nymphe pour ce 1er secteur, mais contrairement à ce que nous pensions, nous avons trouvé une rivière fermée, avec une eau très froide et des poissons calés, du coup on termine le secteur par un capot pour nous deux.

Les 1ers rayons de soleil se font présents, ce qui va réchauffer l’eau, mais aussi faire fondre la neige sur les sommets et avoir encore moins de poissons actifs. Alors, nous décidons de changer de secteur, le temps de regagner la voiture, de nous rendre sur l’autre rivière. Il est l’heure du casse-croûte, une petite pause s’impose, sans pour autant nous éterniser, le sandwich fût vite avalé, l’essentiel c’est de ne pas avoir de fringale l’après-midi. Le temps de pause terminé, nous voici à pied d’œuvre et dès les premiers posés, les truites sautent sur nos tabanas, elles sont plus actives que le matin, finalement nous sommes arrivés à la bonne heure. Stéphane ne s’était pas trompé, il terminera cette session avec une vingtaine de truites prises avec un tabanas clair, moi avec un tabanas foncé j’ai pris moitié moins de truites, j’ai subi pas mal de refus, décidément mon entêtement à ne pas vouloir changer de mouche, m’a encore joué des tours.

En tout cas ce fût encore une excellente journée, surtout que nous n’allons pas nous revoir avant un bon mois.

Merci Stéphane !

Vendredi 2 Avril,  ayant décliné l’invitation de Gilles pour aller pêcher sur l’arc, pour cause d’obligations familiales et finalement j’ai pu trouvé un moment dés mon retour en milieu d’après midi. Lorsque je suis arrivé sur la rivière, j’ai vu un grand nombre de pêcheurs alignés les uns derrière les autres, à croire que l’annonce du confinement par le président Macron, à provoquée une ruée vers les cours d’eau avant le rayonnement de 10 km.

Qu’à cela ne tienne , que ce soit une barbeau, un chevesne ou une truite, moi aussi j’ai envie de pêcher, alors peu importe le flacon pourvu qu’on ai l’ivresse et je me dirige sur un spot à barbeaux. J’aime pêcher ses gros poissons à vue, même comme ce fût le cas l’eau était légèrement piquée, j’ai pu voir quelques beaux sujets, grâce à mes lunettes à verres polarisants.

Le matos est prêt, je m’approche accroupi, cherche des yeux ou poser ma nymphe, je choisi une veine d’eau porteuse, je l’a vois descendre vers les trois grosses masses collées sur le fond, les poissons s’écartent , je réédite mon lancer, même chose ma nymphe ne passe pas à la bonne profondeur. C’est alors que je lance ma nymphe plus en amont et elle arrivera pile à la bonne direction, j’aperçois l’un des trois sujets prendre ma nymphe sur le fond , je ferre et d’un coup je sens une lourdeur au bout de ma canne, le poisson est pris. Se sentant piégé, voila que le bulldozer se met à jouer de toute sa force et tente de prendre le large, je vais le brider et l’obligé à revenir sur ma zone de confort, lui n’est pas du même avis et repars de plus belle. Ce petit jeu, va durer quelques bonnes minutes, il essaye de se caler sous un gros bloc, je déjoue son plan, bon sang je n’arrive toujours pas encore à lui mettre la tête hors de l’eau. Et hop, le voilà qu’il repart une troisième fois à la vue de mon épuisette , j’ai confiance à mon 12 centièmes Sempé, mais le poisson peut à tout moment prendre le courant et se  caler sous les ronces ou une pierre saillante. Heureusement, enfin j’arrive à lui mettre la tête hors de l’eau et à le faire glisser doucement jusque dans la filoche, je n’ai pas pris le plus gros, mais ça reste un beau bébé quand même.

Le samedi 3 Avril, dernière journée de déplacement libre hors rayon de 10 km imposé. Cette journée totalement imprévue et organisée en dernière minute, suite à un appel de Damfly qui se trouvait pas loin de chez moi, m’a proposé de le rejoindre sur le Drac. Donc 11h30 retrouvailles avec Damien, Fabrice et Alban un pote Sempéiste. Je leur propose la découverte d’un petit torrent sympa, je n’ai pas sorti mon matos, juste enfilé mes waders. Afin qu’ils profitent un maximum de la découverte de ce cours d’eau. La pêche à la mouche fût très compliquée et toujours ce vent d’Est froid et glacial, Damien réussira tout de même à toucher deux ou trois truites en nymphe et à faire monter deux petites en sèche.

Tandis que de leurs côtés, Alban et Fabrice pêchant aux petits vers, prirent beaucoup plus de poissons, Alban en à compté 22 et Fabrice une douzaine, de quoi ravir mes invités, même si les truites n’étaient pas de très gros poissons, la encore l’essentiel c’était les retrouvailles entre potes.

17h00, il est l’heure de reprendre la route, 1h30 pour mes amis Drômois, toujours et à cause du couvre feu, il faut prendre en compte ce temps de route, nous nous sommes promis de refaire une sortie dés que nous ne serons plus confinés. 

Merci à vous les amis !

 

 

À la Une

Le poisson d’Avril

Bonjour à tous,

cette année je n’ai pas publié de poisson d’avril sur le blog, car je jour la, j’étais parti à la pêche avec Stéphane.

Mais à mon retour, j’ai tout de même fais une publication sur ma page Facebook ou je présentais la nouvelle sérigraphie de mon camping car. Bien évidement c’était totalement bidon, vous vous imaginez , de me voir débarquer au bord des rivières avec ce genre publicité, bonjour la discrétion :-):-) 🙂

Joyeuses Pâques à tous !

 

À la Une

La furieuse

Bonjour à tous,

il en est tombé des trombes d’eau sur les sommets en chartreuse, dans la nuit de vendredi à samedi, les niveaux ont considérablement monté, hier matin le Guiers mort était à plus de 16 m³, la neige a de nouveau refait son apparition.

Stéphane, m’avait proposé de faire une nouvelle sortie de pêche, que j’ai dû décliner, car j’avais pas mal de choses à faire ce samedi matin, du coup il est allé pêcher ailleurs et seul.

Donc après le repas de midi , voyant le ciel se dégager et le soleil réapparaitre, j’hésitais à partir ou pas à la pêche, pour finalement me décider à y aller un moment, il y a quelques années en arrière, je ne me serais pas fait prier.

14h30, j’arrive sur le spot, juste avant d’enfiler mes waders, je jette un rapide coup d’œil à la rivière, moi qui pensais trouver une rivière haute et sale, je suis agréablement surpris de l’a trouver avec un niveau correct et une eau légèrement piquée, ça me convenait parfaitement pour cette petite session.

Me voilà prêt, je me trouve au bord de l’eau et aussitôt j’aperçois quelques baëtis qui sortent de l’eau, c’est décidé, je vais pêcher en sèche, je monte la canne, passe la soie dans les anneaux et noue un Cdc olive sur H16. j’effectue quelques faux lancers et je pose ma mouche sur les petits courants ou je sais que les truites se trouvent habituellement en ce début de saison. Mais les truites n’étaient pas d’humeur à prendre ces éphémères, aucune activité en surface, rien ne bouge, pas même une truitelle, j’en conclue que tout se passe sous l’eau. Qu’à cela ne tienne, je change ma mouche pour une nymphe, je refais le parcours sur les mêmes zones prospectées précédemment et aussitôt je touche une 1ère truite, s’ensuit une seconde et une troisième truite, sans résultats, ce sont les seules truites en place dans cette lame d’eau .

Je me déplace d’une dizaine de mètres, je fais passer ma nymphe sur une bille de 2,8 mm, j’accroche le fond par deux fois, alors je change par une nymphe en 2,5 mm. J’effectue quelques nouvelles dérives, en animant la nymphe et la touche survient, voilà une autre truite un peu plus grosse que les précédentes et maillée. C’est de bon augure, je me dis que peut-être qu’à la fin du parcours je toucherais encore plus gros, sait on jamais, à la pêche il faut être optimiste!!! 

3 ème tronçon de rivière , je vais toucher la plus grosse truite de la session, dans une situation rocambolesque.

Je lance ma nymphe en tête de courant, qui dérive le long du mur, mais rien ne prend, je fais une nouvelle dérive, la canne un peu plus haute, je porte presque ma nymphe et d’un coup je la laisse descendre sur le fond, aspirée par le courant, elle passe dessous le mur, je vois la tension de la ligne, je ferre, la truite vient de prendre ma nymphe!!

C’est lourd, je sens ses coups de tête dans la canne, puis s’ensuit un démarrage en trombe, je l’ai bridé, la voila qu’elle me fait deux chandelles, je reprends le contrôle, mais elle me passe entre les jambes, alors je soulève vite l’une d’elles, afin qu’elle se dégage des branches de bordure, je suis sur un pied en plein bouillon et d’un coup elle part vers l’aval.

Je l’a stoppe de nouveau, j’ai toujours le contrôle de la ligne et c’est alors que je lui fais remonter le courant, pour enfin la mettre à l’épuisette, à vue d’œil 35 cm, ce n’est pas tant par la taille que ce poisson m’a surpris, mais plutôt par sa puissance tout en muscles.

Pffiou !!! la garce, elle a voulu tester ma souplesse (Lol), j’ai même pensé à un moment qu’elle allait se dépiquer, le 12 centième Sempé a bien résisté aux rushs de cette furieuse, même dans la filoche, elle se débattait encore. J’ai à peine réussi à déclencher deux photos, qu’elle n’a pas demandé son reste pour repartir une fois la nymphe enlevée de sa gueule, une vraie furie cette truite 🙂 🙂

Après cette séance de gymnastique, j’ai repris deux autres riquettes, mais je n’irais pas plus loin, car au loin deux pêcheurs me précédaient, je décide de mettre fin à ma partie de pêche, de toute façon le samedi il y a plus de monde qu’en semaine, ce que je comprends très bien, étant retraité , j’ai tout à loisir de pouvoir pêcher en dehors des week-ends, je termine donc cette session avec 9 truites.

Les autres photos de la session