Situation actuelle de nos cours d’eau

Je remercie le président de l’aappma de Galaure pour m’avoir relaté cette info, que je partage ici , avouez que la situation est plus que critique, la nappe du Guiers est au niveau de crise.

La DDT38 propose aux membres du CDE de rester en alerte pour les eaux superficielles et les eaux souterraines alors que dans la diapositive de conclusion, c’est clairement indiqué que le niveau de la nappe du Guiers est au niveau de CRISE et celui de la molasse au niveau de l’alerte renforcée.

Quand nos rivières se meurent

Comme vous avez pu le remarquer, cet été 2018 est une année terrible pour nos rivières Française, notre vallée de Chartreuse n’est pas épargnée non plus, car la sécheresse sévit de plus en plus dans notre vallée. Notre Guiers mort est en perte constante d’eau, le débit est de plus en plus restreint, j’en suis  à me demander où est passée toute l’eau tombée en grosse quantité au printemps et ce jusqu’au mois de juin ? Ne croyez-vous pas que  ce bien précieux, qui appartient à chacun de nous, devrait être mieux protégé. Hélas, bien au contraire, des personnes avides de profits, ont en tête, de nouveaux projets de micro-centrales qui risquent fort de voir le jour sur notre bassin versant d’ici pas longtemps. C’est à se demander, si les responsables de ces idées stupides, sont bien conscients des effets néfastes qui risquent dans un avenir proche, de décimer toute notre faune aquatique. Et à cela s’ajoute, les périodes d’étiages sévères, comme celles que nous sommes en train de subir, c’est la chronique d’une mort avancée.

Pouvez vous un seul instant, imaginer ce que nous laisserons à nos enfants dans les années futures, que restera t’il  de nos rivières, seulement à peine un petit filet d’eau où les truites Fario et la faune aquatique auront du mal à survivre, ne croyez-vous pas que la protection des milieux devrait concerner tous les citoyens et non pas que les pêcheurs.

Amis promeneurs ou vacanciers, évitez d’accentuer cette évaporation, surveiller vos enfants en évitant qu’ils fassent des micros barrages avec les pierres de la rivière, ne retenez pas l’eau, laissez-la couler librement, pour qu’elle puisse oxygéner les poissons et les invertébrés, il existe une microfaune que vous ne voyez pas et qui permet à une rivière d’être vivante.  C’est en agissant de la sorte, en réalisant ces micros barrages, que l’on voit jalonner sur  nos cours d’eau, que vous contribuez à la mort de nos cours d’eau et de la faune aquatique.

Hier 27 Août, lors d’une petite balade le long du Guiers mort sur le parcours privé de l’ONF, j’ai pu  constater les effets néfastes de cette canicule, avec un Guiers mort très bas dans les gorges et tandis qu’en plaine , c’est nettement moins d’eau , à voir ce graphisme ceci interpelle.

Stage de formation à la mallette  » SAMU ENVIRONNEMENT « 

Bonjour à tous,

le Service d’Analyse Mobile en Urgence (SAMU E ) , est une association reconnue d’intérêt général loi 1901, qui propose aux entreprises, collectivités, associations et particuliers, des analyses rapides et précises grâce à l’usage de produits et de matériels certifiés. Elle a pour but de mener des enquêtes de terrain complètes, afin de trouver la source et la nature d’une pollution, grâce à un réseau d’experts et de laboratoires partenaires. Cette association, organise des journées de formation et de sensibilisation à la qualité de l’eau, et prochainement celle de l’air, du sol et de la biodiversité.

Notre aappma de St Laurent du pont, mais aussi celles de Pont de Beauvoisin et de St Genix sur Guiers et l’aappma de l’Albanais Hte Savoie, ont fait le choix de s’équiper d’une mallette d’analyses d’urgence, un investissement utile afin d’être à même de réaliser nous même nos propres analyses d’eau en cas de pollution et ceci sans attendre les services concernés qui mettent toujours un temps fou à arriver sur place. Cette mallette d’analyses d’urgence nous permettra d’intervenir rapidement sur les pollutions de l’eau, mais également de l’air et des sols sur nos domaines de pêche respectifs.

C’est donc, ce samedi 30 Juin 2018, que nous nous sommes tous retrouvés au siège de la réciprocité Guiers situé à la maison de l’Octroi aux Échelles(73), où nous avions rendez vous avec nos formateurs Mr  Haettel Bruno responsable cellule eau et de Melle Léa Delcure sa collaboratrice, de l’antenne SAMU Environnement Bourgogne Franche Comté, venus bénévolement de Franche Comté passer une journée complète avec nous , afin de nous former à l’utilisation de cette mallette SAMU environnement, équipée de divers produits d’analyses, thermomètre, gants , flacons, etc. Lors de cette journée de forte canicule, nous n’étions pas devant notre télé pour regarder le match de coupe du monde France / Argentine, encore moins pour pêcher. Par contre, nous étions au bord de l’eau pour effectuer des prélèvements sur les points noirs qui touchent notre rivière le Guiers et autant dire que nous avions déjà notre idée où effectuer ces prélèvements d’eau à la recherche de Nitrites, Ammonium etc, voir la liste ci-dessous.

La journée d’hier, m’a encore plus ouvert les yeux sur l’état de santé du Guiers, car d’un coup, j’avais en partie la réponse à mes questions, comme pourquoi qu’il y a absence de frayères, un manque de poissons, une raréfaction des alevins de truites, on cherchait la cause du côté des Harles Bièvres, mais en fait ils ne sont pas les seuls coupables. Et malgré notre volonté de gérer au mieux,  il ne suffit pas de mettre des NK en place, de limiter le nombre de captures, de faire ceci ou cela. Parmi les causes de il y a la pollution par les rejets d’une step et un rejet d’origine industriel encore indéterminé (mais nous allons nous en occuper !). Ce que nous avons vu hier sous nos yeux à la lecture des analyses effectuées grâce à cette mallette est édifiant, même les responsables formateurs n’en croyaient pas leurs yeux. Les résultats dépassent tout entendement !

 Comment des collectivités et des industriels peuvent-ils continuer à se voiler la face en faisant croire que tout va bien et de l’autre côté, laissent mourir notre rivière. Et ceci malgré nos cris d’alarmes, cette step continue de fonctionner et est bien plus dangereuse pour la santé de la faune, des invertébrés et des personnes qui se baignent dans le Guiers. Ses rejets sont encore pires que ses intrants car plus concentrés.

Il est temps que cette nouvelle station d’épuration voit le jour, parce que les analyses que nous avons réalisées, montrent que les doses de Nitrite , Zinc et d’Ammonium, sont pour certaines, 50 fois supérieures à la norme. Si on ne fait rien pour sauver le Guiers, si on laisse faire les choses sans réagir,  notre rivière sera morte comme beaucoup d’autres en France.

 C’est à vous pêcheurs,  de vous préoccuper également de notre rivière. Il ne s’agît pas seulement que de venir la pêcher, parce qu’elle se trouve à proximité de votre domicile ou facile d’accès et où il reste encore quelques secteurs  préservés… Cette rivière tant convoitée, est gérée par une équipe dynamique, qui a pour seul désir de voir un plus grand nombre de pêcheurs venir les aider.

Je ne vais pas vous révéler les résultats de ce que nous avons analysé, mais ils font peur, je laisse le soin aux responsables de notre aappma de faire un compte rendu. Mais d’ors et déjà, ce que je peux avancer, c’est que les membres présents à cette formation, vont mettre en place des contrôles sur des secteurs qui ne nous semblent pas aux normes, afin de mesurer le degré de pollution de la rivière. Car désormais nous allons être autonomes et il va falloir compter sur notre volonté de ne rien lâcher  et d’effectuer des analyses, pour l’amélioration de la qualité de l’eau.

Je déplore en qualité de garde pêche, ce manque d’intérêt pour la survie de notre rivière, celle -ci subit depuis de très nombreuses années des agressions physiques , des pollutions en tout genre, steps défectueuses et non fonctionnelles, les dernières en date une pollution au fuel . Le seul soucis du pêcheur que j’ai contrôlé, était de me dire que la truite avait un goût de fuel et cette autre couple, hier, que je mets en garde sur le fait que leurs enfants se baignaient à l’aval de cette station et qu’ils risquaient de choper une saloperie, le père me répond alors : « c’est pas grave ils se laveront après » , ce sont vraiment des propos lamentables.

Nous allons avoir du travail, mais c’est pour la survie de nos rivières, de nos poissons, mais également pour la santé publique. Vous pouvez aider cette association par le biais d’une adhésion modique annuelle en tant que particulier ou même votre aappma peut faire appel à eux tout comme notre association l’a fait, voici le lien via leur site SAMU Environnement Bourgogne Franche Comté

Quelques photos de cette fabuleuse journée pleine d’enseignements et de convivialité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.