Nous irons jusqu’au bout de notre détermination !..

Slt à tous,

Comme dis le proverbe  » Il faut battre le fer pendant qu’il est encore chaud  » et c’est ce que nous faisons avec l’équipe des pêcheurs du haut Guiers. Une semaine après notre formation à la mallette SAMU environnement et nous nous sommes retrouvés avec les autres membres du bureau, non inscrits à cette formation, afin d’expliquer l’utilisation de la mallette. C’est donc, ce vendredi 6 Juillet, que nous nous sommes retrouvés sur les rives du Guiers mort, pour remettre en place en priorité le câble et le panneau de la réserve aval, enlevés lors des travaux de renaturations du Guiers mort.

Une fois ce travail terminé, nous avons pris la direction de St Pierre de Charteuse ou nous avions décidés de faire des analyses sous le rejet de la STEP, située au pont du grand Logis, sous l’égide de Pascal et de Marcel, nommés par notre équipe, pour diriger ces analyses, qui au demeurant, nous ont mobilisés tout l’après midi. Le groupe fût scindé en deux, avec deux tables et la mallette au centre, disposés ainsi, nous avons pus travailler à l’aise et partager les analyses , qui je le rappelle sont longues et demandent de la rigueur, c’est un travail minutieux ou la manipulation des produits se fait avec moult précautions. La durée de ces analyses pour vous donner une idée , nous les avons commencées à 14h30 et elles se sont terminées à 19h30, c’est le temps nécessaire pour faire les choses correctement et tout en travaillant, nous avons pu également faire un petit inventaire des points noirs qui perturbent notre rivière et sur lesquels nous iront faire des prélèvements et nous continuerons ainsi notre bonhomme de chemin, l’aapma n’a pas investie pour rien. Nous ne pouvons encore pas vous dévoiler nos résultats qui restent confidentiels et internes à l’aappma, mais elles nous serviront pour le futur.

Nous avons encore passés un excellent après midi à la fraîche , tandis qu’en plaine la température avoisinée 30°.

Un point positif, la France a ce jour la, battue l’Uruguay et continue sa route vers la finale de la coupe du monde. Si on pouvait consacrer autant d’argent pour sauver nos rivières ce serait le paradis !…

La rivière blanche suite …

Slt à tous,

suite à mon précédent article au sujet de cette rivière blanche, j’ai reçu un appel téléphonique d’un collègue garde pêche lui aussi, d’ailleurs, merci à lui de s’inquiéter de l’état de nos rivières et pas que de celles qui nous concernent. Suite à notre discussion, où il me fait part de sa petite enquête également à propos de savoir ce qui se passe sur cette rivière et il m’apprend que la société de pêche à mis une info sur leur site internet concernant cette pollution.

Je ne mets pas en doute la parole des instances concernées et habilitées pour la préservation et la protection des milieux aquatiques, ni celle de la société de pêche, mais je m’inquiète de l’état de santé de cette rivière. Après notre conversation, je suis allé voir sur le site de l’a appma concernée, laquelle relate cette pollution avec des photos de la résurgence ou il est dit que cela provient d’une résurgence des nappes et que c’est dû à un phénomène naturel, ce que nous savions déjà depuis mon alerte auprès de notre fédération de pêche et de la mairie. Seulement, je ne suis pas convaincu que ce soit vraiment dû à la cause d’un phénomène naturel et lundi dernier, le 28 mai, je me suis rendu sur place voire ce qu’il en était réellement. Je me suis dirigé au plus haut de la rivière et suite à ma prospection, j’ai pu constater qu’en amont du village, en direction des sources, la rivière à cet endroit était claire, voir photo ci-dessous, ce qui me laisse penser, que la provenance de ces eaux blanches, doit se faire aux environs du village.

J ‘ai donc, continué ma petite enquête, en suivant le cours d’eau sur près de 800 mètres, j’ai pu voir que l’eau était toujours claire, mais par contre, à partir de ce dernier point et le moulin situé à prés d’1 km en aval,  la rivière était devenue blanche et que donc, tout se passe entre ces deux points de repères, en rentrant chez moi,  j’ai poursuivi mes recherches sur le net, via Géoportail et Google Eart.  C’est ainsi que j’ai pu constater qu’il  y avait à proximité de la rivière, une centrale à béton, la photo aérienne parle d’elle même et montre clairement que le sol de la centrale est blanche de ciment,  j’ai réalisé un imprim ‘écran, ou l’on peut voir que le sol de la cour de l’entreprise en question et son parterre, sont  maculés de poussière blanche.  On peut voir également sur la gauche en haut et à côté de la piscine de jardin, la rivière qui passant à proximité, c’est quand même bizarre ne croyez vous pas ?

En voyant cette photo aérienne, je me suis fait la réflexion , qu’il est probable que les écoulements provenant des eaux de lavages des camions ou de ruissellements causés par ses fortes pluies tombées depuis le printemps. Viennent de ce fait, par infiltrations rejoindre les nappes qui se trouvent à proximité de la rivière , regorgent d’eau et ne font plus office de réservoir et rendent la rivière blanche. Cela pourrait confirmer, que ce n’est pas la cause d’un phénomène naturel, mais bien un rapport avec cette poussière de ciment. Car, j’ai également pu constater que le fond de l’eau, était colmaté par une sorte cette boue blanchâtre, au risque de voir les frayères que j’ai aperçu tout au long de l’hiver, être en partie décimées.

Autre point qui m’avait déjà interpellé à l’époque ou j’ai fait cette photo, les écrevisses avaient et elles ont encore la carapace toute blanche comme si il y avait eu fossilisation, étonnant non ?

Il suffit juste de faire attention ou vous mettez vos pieds

Amis pêcheurs, en respectant cette énième recommandation, vous aurez une reconnaissance pour le travail accompli par les aappma qui font du patrimonial pour préserver l’espèce.

Les truites et les ombres, pour ce jour tant attendu, vont voir défiler un grand nombre de pêcheurs foulant les graviers de leurs bottes, sans se soucier des oeufs déposés sous les cailloux et pas encore éclos. Il est recommandé de faire attention lorsque vous traverser de long en large la rivière, au risque de soulever les graviers sous les lesquels les truites ont pris soin de déposer leurs ovocytes l’hiver dernier. Alors quitte à être répétitif, je vous recommande de prendre soin de votre terrain de jeu en évitant de marcher dans l’eau.

Bonne ouverture et bonne saison 2018 !

 

Cliquez sur la photo pour suivre les infos des pêcheur du haut Guiers