Trichoptère émergeant à corps tissé

Bonjour à vous,

 pour cet article, je vous propose un trichoptère émergeant à corps tissé, car bientôt nous entrons dans la période d’éclosions de phryganes (sedges), une proie facile pour les truites, parce que lorsque le trichoptère s’extirpe de son fourreau, à ce stade émergent, il est vulnérable.

 

Matériaux utilisés pour la réalisation de cette nymphe :

Hameçon : Caddis #10/12 – Tag : cdc blanc – Sous corps : soie floss marron – Corps : 2 brins de micro chenille,un de couleur olive et un autre crème – Sac alaire : faisan – Pattes : sabres de faisan noués : Naissance des ailes : faisan – Yeux : nylon Maxima en 40 /100 ème brulé au briquet – Thorax : dubbing de lièvre noir – Antennes : 2 sabres de faisan – Fil de montage : Veevus 12/0 noir.

L’idée de présenter ce trichoptère sur le blog, m’est venue suite à un échange sur un groupe Facebook auquel David Busca et moi participons, ainsi que mon ami Damfly.

Les administrateurs du groupe, forment chaque mois des équipes en binôme, lesquelles chaque semaine, doivent faire un montage proposé par un membre participant aux échanges de mouches. Celui qui obtient le plus de like sur son montage doit à son tour proposer aux autres participants un montage de son choix, une mouche, une nymphe ou un streamer et chaque fin du mois, les binômes formés s’échangent les quatre mouches mensuelles à son coéquipier.

La semaine dernière, c’est David qui a récolté le plus de suffrage et cette semaine, il nous a proposé la confection d’un trichoptère émergent tissé, je le félicite pour la réalisation de sa nymphe, car David monte depuis très peu de temps et déjà il maitrise le tissage des corps et je tenais à publier sa nymphe sur mon blog.

Bravo David !

Les Berlingots de Léo

Bonjour à vous,

étant donné que la météo ne nous permet pas de pêcher, du moins dans ma région, j’espère pour vous que ce n’est pas le cas,mais il faut prendre ce mauvais temps comme bénéfique pour nos cours d’eaux et sans doute un peu moins pour les alevins d’ombres, pourvu que cela ne soit pas trop désastreux pour cette faune aquatique.

A cela s’ajoute le fait que je ne peux rien faire au jardin, je me suis donc remis au montage de nymphes, même si j’ai de quoi faire deux saisons, mais autant m’occuper que de me morfondre dans mon canapé.

Réalisation du montage de ces Perdigones :

  1. Enfiler la bille sur la hampe, puis fixer la soie floss sur la hampe par quelques enroulements en vous arrêtant au dessus de la courbure de l’hameçon.
  2. Fixer les cerques et emprisonner le fil de cuivre fin rouge à l’aide de la soie floss, couvrir les deux éléments en remontant jusque derrière la bille.
  3. Former un corps conique avec la floss beige, laissez la floss en attente et procédé au cerclage du corps à l’aide du fil de cuivre rouge  (3 ou 4 tours) à votre convenance, bloquez et coupez l’excédent de fil de cuivre.
  4. Terminer le thorax avec la floss, déposez une goutte de colle rapide à l’aide de la pointe d’une aiguille, je procède de cette façon pour ne pas créer de boursoufflure et ensuite coupez le reste de floss.
  5. Vérifiez qu’il ne reste pas d,excédent de floss et passez le vernis UV clair sur la totalité du corps, sécher avec la lampe UV, renouveler l’opération autant que nécessaire, en principe je met deux couches.
  6. Enfin, pour le sac alaire, finir votre perdigone, déposer une pointe de vernis UV , couleur orange fluo et finir par un passage à la lampe UV.
  7. La nymphe est terminée !

 

Speed fishing

Bonjour à tous,

j’ai enfin pu trouver un moment de pêche, depuis plus de 10 jours d’abstinence.
 
Mais avec quelques frayeurs, car j’ai eu un gros coup de speed en traversant par deux fois la rivière en plein bouillon ou j’ai bien failli prendre un bain forcé en traversant avec ce fort débit à 11 m3, autant dire que ça pousse son homme. Tout ça, pour aller pêcher un coup que je ne pouvais faire que depuis l’autre rive et ce fût en vain puisque je n’ai pas eu de touches.
Mais il fallait que je revienne sur mes pas une nouvelle fois, pour retraverser ce gros bouillon, dans lequel j’ai bien failli prendre un bain forcé, lorsque mon pied droit a buté contre un gros caillou, d‘autant plus  que l’eau est encore bien froide en ce mois de Mai, avec la neige tombée ces derniers jours sur nos sommets.
 
N’ayant pas voulu prendre mon bâton de wading, que je n’ai pas jugé bon de m’en servir, celui-ci est donc resté bien rangé dans le coffre de la voiture, une erreur qu’un jour je vais payer cash, car je me suis vraiment fait peur.
 
Bref, après une heure de pêche à rien toucher, plus un vent qui m’a considérablement gêné lors des dérives, je décide donc de plier la canne et rejoindre ma petite famille, afin de profiter de mes petits-enfants.
 
Puis en chemin, j’ai changé d’avis et je suis allé faire un ou deux autres spots qu’habituellement me réussissent, bien m’en a pris, car cela m’a permis de sauver la bredouille avec cette seule et unique truite de cette courte sortie dominicale.
 

 
Au retour posé sur le rebord de la vitrine d’un magasin, j’ai pu photographier cet éphémère qui ne semble être un Rhitrognéna ( à confirmer par les experts en entomologie )
Merci d’avance 😉