Kryptonite Caddis

Bonjour à tous,

en visionnant quelques vidéos sur Youtube, j’ai trouvé un montage de nymphe très sympa à réaliser, appelée par ses auteurs « Kryptonite », vous n’aurez pas de mal à trouver les vidéos de ces montages.

Mes nymphes, ne sont sans doute pas encore aussi belles que les leurs, mais ça me plait quand même, mais laissons place à notre imagination et libre court à nos idées.

Et bien évidement, suite à cette idée de confection des corps, j’ai voulu par moi même tester d’autres possibilités de montage avec le même principe de réalisation de l’abdomen.

Comme par exemple une fourmi noyée au corps détaché.


Ou en surface avec des ailes irisées, la flottaison n’est pas trop mal, mais il me reste encore à peaufiner avec d’autres matériaux plus imperméables.

Ou bien un sedge cul vert dont le corps est réalisé avec du Kamoufil en utilisant les parties qui tirent un peu plus sur le vert,la résine UV faisant le reste.

Semaine 15 et 16, pêche et compagnies

Bonjour à tous,

cela fait bien quelques jours que je ne fais pas de compte rendu de mes sorties de pêche, au cours desquelles je vais prendre prés d’une quarantaine de truites en sèche et quelques-unes en nymphe et un barbeau de 50+ que je dépique, ce n’est pas grave en soi. En voici quelques unes en photos, elles étaient pratiquement toutes avec des tailles similaires, peu de petites truites.

Les autres jours de la semaine, seront réservés aux retrouvailles avec les potes, cette fois pas de pêche, je n’ai pas voulu sortir les cannes, afin de leur laisser profiter de la rivière. Quel plaisir de revoir les copains, que n’avaient pas revus depuis le confinement à l’automne 2020, cette année grâce à l’autorisation de pêcher dans tout le département, nous nous sommes enfin retrouvés.

Samedi 17, je vais passer mon après-midi en compagnie de tout d’abord Damfly , Yves et Yann. La pêche fut compliquée, les truites calées, quelques-unes prisent en nymphe et soudain une belle éclosion de Baëtis a mis les truites en activité, c’était comme si la rivière était en ébullition. Damfly n’a même pas eu le temps de changer sa nymphe pour une sèche, que les gobages cessèrent, cela à durée 3 minutes montre en main.

 

Mercredi 21, ce fût une petite visite à Fabien qui avait le jeune Romain en initiation nymphe au toc, une technique que ce jeune pêcheur venait de découvrir, malgré son manque d’expérience, grâce aux conseils avisés de Fabien, Romain termine l’après-midi avec 12 truites de sorties et presque autant de ratées.

Vendredi 23 , en après-midi, je retrouve Damfly, je tenais absolument lui faire prendre un barbeau à vue. Il en rate un, le gammare en intéresse d’autres sans succès, car les quelques sujets présents, furent vaccinés la veille par Jérémy un autre pote, ce qui du coup a mis les poissons en alerte, ce ne sera que partie remise. Sur un autre secteur, Damfly prendra une jolie truite, un chevesne, il ne finit pas capot.

Samedi 24, je ne suis pas disponible le matin pour pêcher, mais suite à un appel de Mika et Patrice deux potes viennois, qui ont prévus de monter sur le Guiers, avec deux autres potes Drômois, mais également Claude le matin même, que de monde et comment faire quand on n’a pas prévus de pêcher. Eh bien, après avoir vaqué à mes occupations, se décide d’aller saluer tout ce petit monde en début d’après-midi.

Je ne verrais pas Mika et Patrice, qui venaient de partir à cause de couvre-feu, nous nous sommes raté de peu, mais j’ai pu voir Alban et Fabrice qui se sont arrêtés, au moment où je venais de commencer à pêcher, du coup j’ai mis fin à mon début de session. Lorsque Claude est arrivé joint à son tour, en apercevant ma voiture, nous avons discuté une bonne heure et pour clore ce samedi après-midi, une dernière rencontre avec Gilles garde pêche de notre association qui était en contrôles et nous voilà repartie à papoter et finalement je n’ai pas pêché et je n’ai pas pensé à faire une photo pour mémoriser nos retrouvailles.

Dimanche 25, je vais rejoindre Stéphane, une fois sur place, nous jetons un coup d’œil rapide à la rivière l’eau cristalline, nous laissons présager une belle session, et nous décidons de pêcher à deux techniques. L’un pêchera en sèche et l’autre en nymphe, je choisis la nymphe, ce sera Stef en sèche qui ouvrira le bal, d’ailleurs il réussira à faire trois truites, en fait monter deux ou trois autres, tandis que moi, malgré deux tapes franches dans mes nymphes, il y a des jours avec et des jours sans, c’était le cas pour moi ce dimanche après-midi et un, et deux et trois zéros, je vais essuyer un mémorable capot !!!

Alors durant cette ultime session de la semaine, j’ai profité de la nature et de mon émerveillement face à ces éclosions sporadiques et la beauté de ses insectes, je ne serais pas venu pour rien.

 

Nymphe Flashabou perlescent chartreuse

Bonjour à tous,

en voilà un mois d’avril très froid, avec des gelées matinales, la température de l’eau très basse et s’ajoute à cela un vent d’Est glacial, à croire que les saints de glace sont en avancent sur le calendrier.

Pour ce qui me concerne, ça limite mes sorties, pour lesquelles j’exclue la pêche du matin, je préfère de loin y aller en début d’après-midi. Et donc en attendant des jours meilleurs, je me suis remis à l’étau, histoire de faire quelques réassorts et la nymphe que je vous présente aujourd’hui, fait également partie de mes nymphes fétiches.

Elle a exactement le même pouvoir attractif sur les truites et les ombres, que l’Opalescente .

Ce sont deux nymphes, qui me donnent entière satisfaction et de bons résultats lors de mes différentes sessions.

Un petit conseil pour cette nymphe, montez là sur des hameçons dorés, ne pas faire de sous couche avec le fil de montage, coller le flashabou directement sur la hampe, le fait de faire ainsi, accentue les reflets irisés du corps .

 

Matériaux nécessaires :

Hameçon : courbe doré n°14/16/18 –Tête : bille tungstène Or de 2 mm à 2,8 mm-Corps : Flashabou perlescent chartreuse –Collerette : Dubbing de phoque noir- Fil de montage : 8/0 noir

  1. Passez la bille sur l’hameçon
  2. Déposez une goutte de glue rapide sur la hampe et enroulez directement le flashabou sur la hampe, faire quelques enroulements en spires jointives, arrêtez vous au niveau du thorax.
  3. A l’aide du fil de montage que vous aurez fixé sur le dessus du thorax, formez une boucle à dubbing dans laquelle vous allez emprisonner une pincée de dubbing de phoque.
  4. Twistez et l’enrouler pour formez la collerette, bloquez par quelques demies clés ou un wipfinish.
  5. Brossez le dubbing à du dubbing brush, la nymphe est terminée.

Fichier PDF à télécharger : Nymphe Flashabou perle